BOITES ET BARQUETTES

Publié le par LUTIN

Le modernisme, eh oui ! Obligé ! Le LUTIN, dans son 27 mètres carrés, il se voit mal y entreposer du jambon en cuisseaux sortis tout droit de la bêbête et de la maie à salaisons. Il n’a pas de place pour faire son jardin. Donc pour planter des haricots et des patates à côté de la télévision (avec ou sans TNT), il faut chercher déjà ! Le LUTIN est un nain de jardin sans le jardin ! Et il vit à Paris, capitale de la France, hautement symbolique pour lui de toute la high tech, du ce-qui-se-fait-en-ce-moment, du dernier cri (Au secours, au secours !) de la mode. Ca le change ce LUTIN ! Lui qui vivait dans les monts d’Auvergne, caché derrière les billes d’arbres laissées là par les bûcherons, en train de surveiller les morilles pour les attraper au lasso. Le LUTIN a toujours cru que les morilles ça s’attrape au lasso… Tout cela dans le dessein de faire une omelette après avoir allumé le feu, en frottant deux cailloux et en ayant, au préalable, prévu de piquer deux ou trois œufs dans un nid d’oiseaux.

Le LUTIN qui avait pour logis un sapin pour l’été, une cabane de feuilles mortes pour l’hiver, qui vivait de la chasse, de fruits de saison, ça le change de devoir modifier sa nourriture ici à Paris. Entre temps il a appris ce qu’est une platine à gaz à deux brûleurs, une boîte d’allumettes, et ce qu’est une marmite. Le LUTIN sait faire bouillir l’eau. Il est émerveillé par les petites bulles. La première fois qu’il les a vues sautiller dans la marmite, il s’est brûlé en voulant en attraper une. C’est ça le métier ! Il faut que ça rentre ! Et il y a aussi des risques.

Mais le LUTIN, maintenant quand il a faim, (son modeste travail ne l’enrichissant pas), il achète de la nourriture en barquettes : les tranches de jambon, entre autres. Il achète aussi de la nourriture en boîte : céleri, lentilles, haricots, salsifis et autres choses qui rappellent la bonne planque dans le jardin de Papa LUTIN.

Mais il se pourrait bien que le LUTIN soit un peu maladroit. Vous savez ce qui lui arrive ?

Avec la barquette : il a du mal à attraper le petit bout où c’est écrit : « tirer ici ». Et quand il l’attrape, ça n’ouvre pas bien la barquette. Le petit bout, soit il casse, soit il déchire en travers la pellicule qui couvre la barquette au lieu de l’ouvrir en suivant bien les bords. Et ça énerve le LUTIN : parce qu’au moment où il ouvre, il a les crocs. Pour parler comme les grands humains de Paris, il a la louzeda ! Très faim donc. Et ça rate en se déchirant d’un coup sec. Parfois ça envoie même le jambon sur ses bottines.

Avec la boîte : maintenant il y a une tirette en forme de boucle sur les boîtes pour qu’on la relève et ensuite tirer le couvercle prédécoupé. Eh bien même là, pour le LUTIN, c’est la mésaventure. La tirette se casse en la soulevant. Et comment ouvrir la boîte ?

Heureusement que le LUTIN, par souci de se cultiver et de se civiliser un petit peu,  est allé se promener là où il y a, au magasin, l’attirail spécial popote. Il a trouvé un bitoniau, d’une forme un peu crapauïdale, qui a l’air de marcher sur le côté comme un scorpion, avec un pied pointu qui pique, parce que c’est le seul pied qu’il a. Mais il faut l’aider quand même. Ce bitoniau ne sait crapahuter que sur le bord des boîtes. Il sait le LUTIN, il l’a vu, après avoir demandé « comment ça marche », pour être sûr de son achat ! Si vous essayez de le faire crapahuter ailleurs le bitoniau, il tombe ou il pique. Ce n’est pas la peine de s’en faire un ennemi, surtout quand on a faim ! Donc ça a inspiré le LUTIN. Il l’a acheté et il s’est dit : « Ouf je vais pouvoir manger des petits pois ». Mais n’y aurait-il pas moyen de simplifier un peu la vie d’un LUTIN un peu maladroit, et de quelques autres aussi ?

Remède : Serait-il possible que boîtes et barquettes soient équipées de tirettes plus accessibles, plus résistantes, sans que ça enlève de travers la pellicule, ou sans être bloqué par un couvercle mutilé si on n’a pas d’ouvre-boîte à ce moment-là ? Parfois on pourrait penser que les « ingénieux » de ces petits concepts travaillent sur des choses qu’ils n’utilisent jamais. Est-ce exact ? Essayez s’il vous plaît, d’aider un petit LUTIN en plein effort de civilisation !!! MERCI

A BIENTOT POUR UNE NOUVELLE IDEE !                    LUTIN

Publié dans lutin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article