LE PIED DANS LE CAVIAR !

Publié le par LUTIN

LE PIED DANS LE CAVIAR !

C’est le titre que le LUTIN aurait donné à son spectacle s’il avait fait un one-man-show. Mais il n’a pas cette chance, il n’est pas tombé dans le bon tonneau. Il y a des critères de chasse pour que certains lutins ne tombent pas dans certains tonneaux… Non, non. Ce n’est pas de la parano. Où est l’erreur ?

Donc lorsque le LUTIN a le pied dans le caviar, c’est comme tout un chacun. Il marche dans la rue, regarde devant lui sans pour autant avoir le nez riveté dans le bitume. Alors il regarde autour de lui. Et il se laisse émerveiller par le paysage : des choses, des gens,  les arbres, la luminosité, le béton. Et oui, le béton. Et pourquoi pas le béton ? Ca n’émerveille pas le béton ? Tant pis. Vous ne savez pas ce que vous perdez.

Alors le LUTIN continue de marcher, se laissant happer par toutes les merveilles du quotidien, quand soudain, PIED DANS LE CAVIAR ! Avec ses baskettes à crampons, il vient de plonger le pied dans une bouse de chien ! D’habitude les bouses étaient aux vaches ce que les gants sont aux mains. Maintenant les bouses sont aux chiens ce que le pinard est au nourrisson. Allons donc savoir pourquoi ! Pourquoi les chiens se mettent-ils à chier des bouses ? Qu’est-ce que vous leur faites bouffer à vos clébards pour que ça nous embabouine autant nos godasses quand nous respirons à fond l’air de la ville et que nous planons à mort sur le béton armé qui commence à se désarmer ?

En tout cas voilà le fond du problème : ce n’est pas que les chiens chient bien évidemment ! C’est plutôt que quand beaucoup d’entre nous marchent par mégarde dans la pâtée, ils frottent leur pied à plusieurs reprises sur le trottoir, ils en étalent partout et pour le coup ils deviennent encore plus dégs que ce qu’ils critiquent. Et ceux qui marchent ensuite sur le lieu de la pâte à modeler, ils doivent slalomer entre toutes ces touches antiartistiques, au risque même de se casser la margoulette.

D’après vous : agréable ?     OUI   ¨       NON ¨         NE SAIT PAS  ¨

Remède : Encore une trouvaille judicieuse du LUTIN : lorsqu’on a le pinceau enrobé de caviar, marcher jusqu’au bord du trottoir et se frotter le pied sur l’angle. Et cela permettrait sans doute de laisser propre la surface du trottoir, ne serait-ce que pour celui qui nous suit, même s’il se marre de notre pied dans le caviar ! On a aussi le droit de faire rire ? Non ?

Pour la quantité infinitésimale de jinjin qu’il y ait dans la tête d’un lutin, il est quand même très rare qu’on fasse les funambules pour s’amuser à marcher sur l’angle du bord du trottoir, surtout en sortant du métro à 6 heures du soir ! Donc cet angle reste idéal pour s’essuyer les pieds.

Autre petite astuce : il pleut assez souvent quand même. Donc dans la même démarche, au lieu d’utiliser l’angle du trottoir, se frotter le pied dans l’eau de la rigole just sous l’angle du trottoir ! En plus ça évite d’en ramener à la maison !

Autre remède : Ne croyez pas que le LUTIN soutienne le fait qu’il y ait tout un tas de caviar dans les rues. Mais là il ne faut pas confondre que ce n’est pas de la faute du chien mais peut-être plutôt de la négligence du maître ? A voir.

Mais pour ce qui est de nos titis charmants, tous ces toutous adorables, heureusement qu’on les voit. Ca fait du monde pour nous distraire un peu. Observons-les : il y en a beaucoup, dans leur tenue de peluche, quand ils marchent on croirait qu’ils dansent. On peut bien leur pardonner, à eux LES TOUTOUS, créatures innnocentes et si affectives, une petite dose de caviar mal placée ? Bon pour les bouses, ce sont des kukus de molosses, mais ils n’ont pas, eux non plus, de doseur dans l’arrière-train ? Alors ?!!!

A BIENTOT POUR UNE NOUVELLE IDEE !    LUTIN

Publié dans lutin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article